Auditorium-Orchestre national de Lyon

Directeur artistique :
Leonard Slatkin

L’Auditorium - orchestre national de Lyon est l’une des très rares salles française à héberger un orchestre permanent et résident, offrant aux cent-trois musiciens de la formation de travailler une qualité de son spécifique, d’entretenir une relation privilégiée au répertoire français et un rapport pérenne à son public.

 

La richesse d’une culture d’orchestre de plus d’un siècle, la diversité des chefs qui le dirige – aujourd’hui l’américain Leonard Slatkine, par ailleurs directeur musical de l’orchestre symphonique de Detroit, Lawrence Foster, Ton Koopman, Alain Altinoglu… - en font un ambassadeur prestigieux effectuant chaque années des tournées internationales ( Tokyo, Pékin, Shanghai, Vienne, New-York, Moscou…) et l’invité des grands festivals d’été.

 

Sa salle de plus de 2000 places, à l’identité architecturale forte et singulière, située au cœur d’une mutation urbaine d’envergure, lui permet également d’accueillir des phalanges prestigieuses (Vienne, London Symphony Orchestra, Tonhalle de Zürich, Philadelphie, Gewandhaus de Leipzig…) et des solistes internationaux (Yo-Yo-Ma, Evgueni Kissin, Radu Lupu, Daniil Trifonov, Hélène Grimaud, Renaud Capuçon ….) qui enrichissent la culture de l’orchestre et la notoriété de l’institution.

 

Il abrite un orgue historique (Cavaillé-Coll) anciennement installé au Palais de Chaillot et totalement restauré en 2013 par la manufacture Aubertin. Ses 6500 tuyaux en font le plus grand orgue de salle de concert de France.

Chef de renommée mondiale, l’Américain Leonard Slatkin est directeur musical de l’Orchestre national de Lyon depuis septembre 2011. Il occupe les mêmes fonctions à l’Orchestre symphonique de Detroit. Auparavant, il a été directeur musical de l’Orchestre symphonique de Saint-Louis, puis de l’Orchestre symphonique national, à Washington. Il a également été chef principal à l’Orchestre symphonique de la BBC (Londres) et premier chef invité à l’Orchestre royal philharmonique (Londres), à l’Orchestre philharmonique de Los Angeles, à l’Orchestre Philharmonia (Londres) et à l’Orchestre symphonique de Pittsburgh. Il a dirigé les orchestres américains, européens et japonais majeurs, et sa carrière de chef lyrique l’a mené sur les principales scènes lyriques mondiales. Il a enregistré plus de 100 disques, récompensés par 7 Grammy Awards et 64 nominations à ce prix prestigieux.

Actualites

Avishai cohen trio

mercredi 18 novembre 2015 20h

 

Avishai Cohen Trio : Avishai Cohen, contrebasse –

Nitai Hershkovits, piano – Daniel Dor, batterie

Orchestre national de Lyon

Robert Sadin, direction

 

Instrumentiste, compositeur, leader et même chanteur,

Avishai Cohen se permet tout ce qu’un esprit libre

peut se permettre, embrassant influences orientales et

latines, triturant classique, flamenco, voire pop ! De

Stevie Wonder à Gabriel Fauré, il affirme sa différence

et s’affiche brillamment avec Brad Mehldau, Roy

Hargrove, Herbie Hancock, Bobby McFerrin, Paquito

D’Rivera, Alicia Keys. Ce qui s’appelle brouiller les

pistes ! Entre hier et aujourd’hui, il est de ceux qui

inventent l’avenir d’un jazz qui reste le terreau de tous

les possibles, un jazz au lyrisme coltranien, avec une

déstructuration inventive des standards.

Tout à la fois vulnérable et conquérant, sentimental

et réfléchi, mondial et intime, le jazz selon Avishai

est un manifeste pour la joie, un flot d’émotions

directes d’où surgissent par vagues de phénoménales

improvisations. En compagnie de l’Orchestre national

de Lyon et des musiciens de son trio, Avishai Cohen

présente à l’Auditorium sa dernière création.

© Miluta M. Flueras

Royal Philharmonic

mardi 20 octobre 2015 20h

 

Otto Nicolai Ouverture des Joyeuses Commères de Windsor

Ludwig van Beethoven Concerto pour piano nº 1, en ut

majeur, op. 15

Antonín Dvořák Symphonie nº 9, en mi mineur, op. 95, «Du

Nouveau Monde»

Royal Philharmonic Orchestra (Londres)

Charles Dutoit, direction

Khatia Buniatishvili, piano

 

Avec cinq orchestres symphoniques de rang planétaire,

et des orchestres de chambre non moins réputés

(telle l’Academy of St. Martin-in-the-Fields que

nous accueillons le 4 juin), Londres fait pâlir toutes

ses rivales. Fondé en 1946 par Thomas Beecham,

l’Orchestre royal philharmonique appartient à cette

élite enviée. C’est Charles Dutoit, légendaire chef

helvétique dont le nom reste attaché à celui de

l’Orchestre symphonique de Montréal, qui préside

aujourd’hui à sa destinée.

Joyau des concerts de Nouvel An, l’ouverture des

Joyeuses Commères de Windsor de Nicolai offre une

traduction éminemment viennoise de la comédie

de Shakespeare. Quant à l’illustre Symphonie «Du

Nouveau Monde» de Dvořák, elle invite à un voyage

transatlantique : composée à New York et imprégnée

de la musique locale, elle n’en regarde pas moins avec

nostalgie vers la Bohême natale du compositeur.

Après son succès, l’an passé, dans le Second Concerto de

Liszt, Khatia Buniatishvili a choisi pour son retour à

l’Auditorium le Premier Concerto de Beethoven, avec

les chaloupements inimitables de son finale.

© DR

Tourneurs et producteurs de spectacles
  • Producteurs de spectacles
Jazz et musiques improvisées
Musique classique et contemporaine
Année de création : 1905

Contacts
Auditorium-Orchestre national de Lyon
149 rue garibaldi
69003 Lyon
+33(0)478959500
Téléchargements

La Nacre