Les compagnies

Temps Relatif

Directeur artistique :
Chrystèle Chovelon, Nadia Jauneau-Cury

Temps Relatif a été créé en 2003 sous l'impulsion du Conseil général de l'Isère, du festival Berlioz et du Conservatoire de Grenoble, dirigé par Luc Denoux. En 2011, la direction artistique s’élargit en accueillant les compétences de Chrystèle Chovelon, Emmanuel Cury et Nadia Jauneau-Cury.

 

L'ensemble fait le choix de ne pas réduire son répertoire à une époque donnée mais travaille à une transversalité : oeuvres sacrées et profanes, a cappella ou accompagnées, afin de relier l’auditeur d’aujourd’hui aux musiques du passé.

 

Une recherche au cœur de la musique contemporaine pousse l'ensemble à s'associer régulièrement avec des compositeurs : Kilbéric Deltroy, Philippe Gouttenoire, Caroline Marçot, Zad Moultaka, Arnaud Petit, Jacques Rebotier, Roque Rivas, Kaija Saariaho, Iraj Sahbai, Alejandro Viñao...

 

Temps Relatif propose également des formations pour chefs de chœur, des activités pédagogiques et s'attache à inventer des liens avec les chorales amateurs.

 

www.temps-relatif.fr

Chrystèle Chovelon a obtenu son D.E.M. de chant lyrique en 1998 au C.N.R. de Grenoble.

Son goût pour l’enseignement l’amènera à suivre une formation au CEFEDEM de Lyon. Elle chante au sein de Temps Relatif et se produit dans divers festivals (Berlioz, Voix soliste, 38èmes Rugissants, Avignon) et lors de créations (Requiem de J. Rebotier, Vesperor d’A. Petit, Sur la montagne sans nom, de Z. Moultaka). En 2011-12, elle participe aux projets Matin Brun (K. Deltroy) et GREED, d'A. Vinao (festival Détours de Babel).

 

Suite à des études au CNSM de Paris puis au CMB de Versailles, Emmanuel Cury pratique son art dans la mélodie, l’opéra, l’oratorio, la chanson et la création contemporaine. Il est par ailleurs professeur de chant et directeur de structures d'enseignement artistique (CRR de Reims, CRR de Grenoble de 2007 à 2010 puis CRC de l’Odyssée d'Eybens dont il assure par ailleurs la programmation musicale). En 2012, il participe à plusieurs projets de Temps Relatif: la Serva Padrona de Pergolese, une création sur Don Quichotte, Greed (A. Viñao).

 

Après avoir obtenu un prix de Chant et d’Art Lyrique au CNSM de Paris, Nadia Jauneau-Cury se perfectionne auprès de L.Sarti, W.Moore et d'I. Folwill. Elle se produit en soliste dans divers festivals: Albi, la Chaise-Dieu, Toulouse les orgues, Festival d'automne de Paris et s’investit activement dans la vie musicale en Rhône-Alpes avec Temps Relatif: créations d'A. Petit, Ph. Gouttenoire. Elle est professeur de Chant au CRR de Grenoble.

Spectacles

Cavanna revisite Schubert

Les lieder de Schubert ont donné lieu à de nombreuses transcriptions, de Schubert lui-même (Romanze), de Brahms, Reger, Listz, Offenbach... jusqu'à aujourd'hui avec Schöllhorn, Zender. La plupart du temps, ces adaptations mettent en jeu l'orchestre symphonique et transposent à leur manière ces lieder dans une atmosphère proche de l'opéra.

 

J'ai à l'inverse, dans mon travail, plutôt joué avec la délicate intimité de la musique de Schubert en retrouvant une formation instrumentale bien «fétiche» dans mon parcours: le trio violon, violoncelle, accordéon qui conjugue les expressions des deux instruments à cordes, «nobles» et chargés d'histoire et de répertoire, à celui plus désuet, populaire, d'un instrument «à vent», jouant aussi tiré-poussé: l'accordéon.Ce nouvel environnement sonore, qui ne souhaite en rien trahir la pensée du compositeur, donne ici un éclairage bien particulier et tendre, en restituant davantage les arcanes, les mystères et les nuances d'une partie où le piano semble parfois bien lointain.

 

Le choix des lieder s'est porté sur certaines œuvres de jeunesse, Gretchen am Spinnrade ou Erlkönig, quelques lieder moins connus (Merres Stille, Frülhingssehnsucht), des « monodrames » dont Junge Nonne. Aucun n'appartient aux trois cycles définis par Schubert. Le programme propose plutôt des pièces contrastées, de caractères et styles bien différents, tel l'étonnant et généreux Taubenpost, lied écrit tout juste un mois avant la mort du compositeur (B. Cavanna).

© Erik Lavèze

Vivaldi à Voix de femmes

Curieusement, à ce jour bien peu d’ensembles vocaux ont tenté de retrouver le son des chœurs des Ospedale de Venise. Ces Ospedale accueillaient les jeunes filles (et garçons jusqu’à la mue) orphelines ou de familles indigentes, leur assurant une éducation générale et une éducation musicale poussée. Vivaldi a été maître de violon à l’Ospedale de la Pietá. Celui-ci était réputé comme la meilleure institution musicale de la ville et l’on sait que ses œuvres y ont été jouées. Son Magnificat, par exemple, connaît deux versions dont l’une ne comporte que des airs dédiés aux voix de femmes. Il est aussi connu que les parties de ténors et de basses étaient chantées par ces femmes. La légende rapporte que la mère supérieure chantait basse.

 

Aujourd’hui, la voix grave (poitrine) des femmes retrouve une légitimité artistique après plusieurs siècles d’abandon. Les musiques traditionnelles et la chanson s’appuient bien souvent sur ce mode d’émission.

 

Temps Relatif se propose d’expérimenter la mise en œuvre de quelques partitions clefs de Vivaldi généralement réalisées à voix mixte, mais en composant un chœur strictement féminin, notamment pour les voix de ténors et de basses. Ceci s’avère réalisable notamment si l’on tient compte aussi du diapason que l’on sait avoir été plus haut que notre La 440Hz faisant référence aujourd’hui. Dès nos premières tentatives, nous constatons que l’on trouve parmi les chanteuses et choristes des dames à l’aise et appréciant de chanter très grave.

© Sylvain Faisan

Année de création : 2003

Musique
  • Musique classique et contemporaine
Contacts
10 ter bd Gambetta
38000 Grenoble
+33(0)4 76 26 12 96
Mentions obligatoires et partenaires

Temps Relatif est subventionné par le Conseil Général de l'Isère, la Ville de Grenoble et a reçu depuis sa création les soutiens de la DRAC Rhône-Alpes, de la SACEM, de la SPEDIDAM, de la Fondation Orange pour la Musique Vocale, de la Caisse d'Epargne, du Crédit Mutuel, de l'imprimerie des Deux-Ponts. L'ensemble collabore régulièrement avec le Conservatoire de Grenoble.

La Nacre