Les compagnies

Makadam kanibal

Directeur artistique :
Elodie Meissonnier et Jean-Alexandre Ducq

La compagnie Makadam Kanibal nait en 2004 de la rencontre entre d’une part Jean-Alexandre Ducq et Elodie Meissonnier, et Jérome Bouvet (compagnie 2rienmerci) d’autre part : ils créent ensemble le spectacle « le Cirque des Curiosités » avec l’envie de construire un spectacle pour la rue, dans lequel il y aurait des techniques de fakir mais aussi des techniques de clown, pour permettre de sortir de la performance pure.

Raconter quelque chose, faire passer un message, « parler d’amour en avalant des louches », jeter au visage des spectateurs la misère que notre société rejette toujours plus loin de ses centres villes… Voilà ce que la compagnie Makadam Kanibal voulait dire. L’expérience artistique de Jérôme Bouvet a permis de rendre possible cette volonté.

En 2008, ils créent un second spectacle, « Gavalo Kanibal » avec les regards extérieurs de Jordi Aspa (Escarlata Circus), de Nathalie Chemlny (metteur en scène),et de Jérome Bouvet (2rienmerci).

Marc le Bars rejoint l’équipe fin 2009, d’abord en tant que régisseur du spectacle « Gavalo Kanibal », puis il intègre le plateau pour la troisième création de la compagnie, « Sélection Naturelle », dont la première aura lieu courant juillet 2011.

La compagnie est installée en Haute Savoie et est régulièrement soutenue par Bonlieu - Scène Nationale d’Annecy, la Région Rhône-Alpes, la DRAC Rhône-Alpes et le Conseil Général de Haute Savoie.

 

Elodie Meissonnier & Jean-Alexandre Ducq, comédiens et fakirs

Jean Alexandre est issu du milieu ‘underground’, il est successivement cracheur de feu, jongleur et fakir. Elodie, pour sa part, s’occupe d’enfants handicapés. Elle participe également à différents évènements artistiques, toujours dans le milieu des squats, des free party…

En 2002, ils se rencontrent et expérimentent ensemble des performances ciblées sur le body art et la body suspension. En 2004, ils quittent Marseille pour s’installer en Haute Savoie où Jean-Alexandre suivra une formation de « Théâtre Cirque » à l’école de cirque de Thonex (Suisse). Cette année là, ils rencontrent Jérôme Bouvet de la compagnie 2rienmerci et créent la compagnie Makadam Kanibal.

Spectacles

le Cirque des Curiosités

Une baraque de foire, une cabane à homme, un couple étrange en sort dans le bruit et la fumée, l’excitation monte, l’air bout légèrement.

Une planche cloutée indique à tort « Entrée strictement interdite ». Ils sont là, posés sur une piste de fortune, blafards et médusés sur leur radeau. Ils s’observent avidement, regardent goulûment autour d’eux, et, enfin, haranguent. La foule à travers « le plus petit porte voix du monde». L’homme et la femme, cannibales de la vie, attendent un odieux événement. Machouilleurs d’ampoule, avaleur de louche, jongleurs de haches et cracheur de flamme… du vivant de la chair et de l’os. Ces fakirs de l’absurde nous plongent dans l’intimité percée et troublante de leur amour cru, à fleur de cuir. Makadam Kanibal, est un spectacle sauvage et ludique, un cirque de rue « immondain ».

Un spectacle dru, tout public, mais déconseillé aux femmes enceintes non accompagnées…

 

Photo : Frédéric Frivaz

Gavalo Kanibal

Allez, allez, Madame et Monsieur, venez vous affronter au bonheur délavé d'un petit cirque sans chapiteau...

Le temps de l'abondance n'est plus là, il ne reste rien ou presque. Un Gavalo (commis gitan), une roulotte oxydée par la pluie et brûlée par le soleil, une motobécane chargée de mémoire, voilà ce qui lui reste à elle.

Quand l'amertume du souvenir revient frapper à leur porte, l'acidité de leur vie prend un autre tournant. Alors ils redeviennent, comme dans ces années prospères, ceux que l'on applaudissait.

N'est-il pas déjà trop tard pour reconstruire une vie usée par le mépris ou l'ignorance des autres?

A travers des techniques de cirque traditionnelles, la compagnie modifie, façonne, distord, pour remettre au goût du jour ces vieux numéros de foire. La voltige à cheval et les manèges d'autrefois côtoient ici la mécanique et le bruit de la "Roue Infernale". Le fakirisme devient le prétexte sadique et ludique. L'homme enflammé joue de la scie musicale...

Tous les ingrédients de la fête foraine sont là.

 

©Jean-Pierre Estournet

Année de création : 2005

Arts de la rue
  • Théâtre de rue
Contacts
851 route de l'Eculaz
74930 Reignier
+33(0)6 61 12 57 02
Mentions obligatoires et partenaires

/

La Nacre