Les compagnies

Le Fanal

Directeur artistique :
Pierre Desmaret

Le Fanal

« le Fanal », feu allumé sur les côtes, emprunte son nom à l’univers maritime. La compagnie, créée il y a 20 ans en banlieue parisienne, a, dès l’origine, défendu le principe d’une « lumière » théâtrale présente et proche, souvent hors les murs, dans des espaces urbains ou ruraux éloignés de la diffusion culturelle. Les actions artistiques sont conçues pour questionner des sujets sociaux ou patrimoniaux, méconnus ou complexes tout autant que pour dynamiser les relations entre les différentes composantes, structures sociales et institutions culturelles d’un territoire. Cette ambition part du constat que ce n’est pas tant l’absence d’offre artistique qui provoque, pour certains, un sentiment d’éloignement : la frustration ou le rejet ressentis, sont souvent liés aux difficultés de « réception » crées par une « émission », une communication culturelle mal adaptée.

L’équipe réunit nécessairement des interprètes polyvalents formés à l’école du Passage de Niels Arestrup, à L'ENSATT, au CNSAD, avec des parcours individuels qui passent par le théâtre du Soleil, l’école de Jacques Lecocq, la compagnie Philippe Genty ou le Théâtre du Fust.

Depuis l’origine, notre ambition est donc de travailler au plus près des personnes, dans la plus grande proximité possible, pour faire vivre, saisir et ranimer cette étincelle d’un théâtre citoyen qui peut renaître entre les interstices de la société du spectacle.

Après des études littéraires classiques, Pierre Desmaret se forme comme comédien à Paris auprès de Niels Arestrup, Pierre Pradinas, Alain Maratrat et Bruce Meyers. Il crée la première mouture de la Compagnie Le Fanal à Palaiseau avec des élèves de la Rue Blanche (ENSATT) et entame un important travail de laboratoire théâtral sur Meyerhold et les auteurs Russes. A la même période, il met en scène de nombreuses formes jeune public avec des « transfuges » de la compagnie Philippe Genty. A partir de 1992, il rejoint la société Quartz Production comme concepteur/scénariste et chargé de production de spectacles évènementiels et de films institutionnels. Fort de cette expérience dans ce secteur du spectacle très concurrentiel, Pierre Desmaret remonte la compagnie Le Fanal à Lyon et met en place des projets artistiques reliant les Institutions (Musée Gadagne, Cité national de l’immigration, Institut du Monde Arabe) avec les créations de la compagnie. Un répertoire original a été ainsi construit dans des expressions scéniques très diverses mais avec des constantes comme la dimension sociale et la participation des publics.

Le financement du chapiteau théâtre « Le Porte-paroles » lui permet d’élaborer de nouveaux projets artistiques ainsi qu’une action de repérage et programmation artistique. Il a crée à La Maison Jacques Copeau en juillet 2015 Tartuffe ou L'Hypocrite de Molière version 1664, spectacle en exploitation pour la saison 2016/2017.

Spectacles

Tartuffe ou l'hypocrite, Version 1664

Orgon, chef d’entreprise moderne, père de Damis, est remarié à Elmire, épouse indépendante. Alors que le mariage de Damis se prépare, Dame Pernelle, la mère d’Orgon, entre en scène, dans une crise de colère tonitruante, sur les façons de vivre de cette famille. Dorine ne sera pas épargnée par cette charge violente contre les outrages au ciel que représente le style de vie consumériste et hédoniste de la famille. Elle oppose à ce « train de vie », l’ordre édicté par un certain Monsieur Tartuffe. Quand Dame Pernelle excédée, sort de scène, la pièce est lancée dans un état d’urgence, car l’on craint l’annulation du mariage de Damis tout autant que la mise sous coupe – religieuse – de la maison, réglée par Monsieur Tartuffe. L’espoir de la famille, la préservation des intérêts de chacun, repose dès lors, sur la douceur d’âme que Tartuffe aurait pour Elmire, dont elle tentera de se servir, à ses risques et ses périls.

Orgon, tiraillé entre le pesant héritage maternel, sa propre réussite et son incapacité à communiquer avec ses proches, tente de redonner un sens à son existence et de gagner son « salut » : il se jette dans l’appareillage confessionnel que déploie Tartuffe. Tartuffe, habillé, nourri, logé et élevé au rang de frère par Orgon, puis héritier de ses biens, se lance dès lors, dans la conquête d’Elmire et dans le piège risqué qu’elle lui a tendu, pour prouver à son mari la tartufferie de son héros.

 

©Bruno Amsellem/Divergence

À la découverte des Mille et une nuits, Aladin et la lampe merveilleuse

L’Histoire d’Aladin et la lampe merveilleuse appartient au noyau le plus ancien des contes des Mille et Une Nuits. Aladin fait partie des récits racontés oralement à Galland, par son correspondant syrien, le moine maronite Hanna.

Le conte est ici revisité par Shéhérazade avec pour introduction au spectacle les chroniques des Sassanides, début des mille et une nuits et l'univers des marionnettes à gaine et du Théâtre de papier pour narrer l'aventure d'Aladin et de sa lampe magique.

 

©Séverine Chauveau

Année de création : 1997

Théâtre
  • Théâtre classique
  • Théâtre contemporain
  • Théâtre de marionnettes
Contacts
33 rue Bossuet
69006 Lyon
+33(0)478891770
Mentions obligatoires et partenaires

Le Fanal est subventionné par La Ville De Lyon, L'État, , La SPEDIDAM et l'ADAMI.

La Cie a reçu en 2011, le Grand Prix de la Fondation Kronenbourg pour la résidence artistique 'Logés à la même enseigne?"

La Nacre