Les compagnies

La Fabrique des petites utopies

Directeur artistique :
Bruno Thircuir

Au croisement du théâtre, de la musique, de la marionnette et du cirque, La Fabrique des petites utopies crée des spectacles qui parlent du monde d’aujourd’hui de manière sensible et onirique.

La Fabrique est une compagnie itinérante fondée par Bruno Thircuir avec pour objectif de former une troupe internationale et cosmopolite. Depuis sa fondation en 2001, des artistes du monde entier ont collaboré avec cette compagnie, pour monter des projets artistiques à l’échelle planétaire. Les membres de la troupe cherchent également à construire un théâtre pour tous, qui puisse se jouer dans les lieux les plus éloignés, pour tous les publics. C’est pourquoi la compagnie dispose d’un théâtre ambulant. Maniable, il s’installe sur les places publiques des villages les plus reculés comme des quartiers urbains les moins pourvus en équipements culturels.

Le répertoire de cette compagnie revisite les mythes, et raconte des histoires épiques, à propos de la naissance de l’univers, à propos de l’humanité, de ses peurs, de ses beautés et de ses désirs.

 

Bruno Thircuir quitte l’Ecole du Théâtre National de Chaillot pour l’Afrique en 1995, et monte deux pièces à Cotonou, Bénin : Le Roi se meurt et Les tribulations de Môssieu et de son valet.

De retour en France, il joue, comme comédien, dans La femme de Gilles de Bourdouxhe, puis dans Crime et Châtiment, mis en scène par Chantal Morel. Puis il repart à nouveau à l’étranger, au Liban, comme assistant à la mise en scène sur les Nuits Guerrières, création Gilles Zaepffel.

De ses nombreux voyages, Bruno Thircuir a ramené entre autres le désir de créer un théâtre à la croisée des cultures. Fédérateur d’énergies, il ne tarde pas à composer son équipe avec des personnes aux histoires, aux origines et aux aspirations hétéroclites, créant ainsi en 2001, la compagnie de la Fabrique des petites utopies. Deux années plus tard, l’équipe s’attelle à la construction du camion-théâtre, la Fabrique Errante. A l’image de son créateur, la compagnie véhicule avec son théâtre ambulant une esthétique nomade et mondialisée, avec le souci de s’adresser à tous, dans un discours aigu autant que généreux sur le monde.

 

Spectacles

Les Enfants d'Icare

C'est l'histoire d'un enfant-marionnette du XXIe siècle. Il rêve de ponts et de fusées pour aller au bout du monde et au-delà. Mais la Terre supportera-t-elle son désir de transgresser toutes les limites, sa soif du toujours plus?

Ce spectacle, créé avec la complicité de marionnettistes birmans, croise les univers du théâtre et de la marionnette, de l'Afrique, de l'Europe et de l'Asie. Il évoque la société d’aujourd’hui, avec sa déraison funeste, sa folle cupidité, son incroyable poésie, son humour salutaire. Les marionnettes comme les hommes s’aiment et se détestent en même temps, voyagent et s’installent, bâtissent et détruisent…

« La scène du camion-théâtre de la compagnie est pour l’occasion transfigurée en décor de bric et de broc, constellé de chausse-trappes laissant apparaître les marionnettes bricolées pour le spectacle. » le Petit Bulletin, mars 2011

« La proposition faite ici est très dense et foisonnante. Elle s’appuie sur la richesse de l’imaginaire pour aborder des questions sur le devenir de nos sociétés " modernes " et " civilisées " et pour questionner sur ce qui essentiel aux civilisations des humains qui peuplent la terre ». Vivantmag, avril 2011

 

© Guy Delahaye

Nous sommes tous des K.

En création. Première le 20 mars 2013

D'après Le Château, roman inachevé de Franz Kafka, Texte Paul Emond.

L’énigmatique Monsieur K se bat pour entrer en contact avec les autorités du village dans lequel il vient d’arriver, afin d’officialiser son statut d’arpenteur. Mais le Château, où résident les fonctionnaires, demeure inaccessible…

Paul Emond a adapté le roman non pour en restituer l’intégralité mais pour en révéler l’incroyable clairvoyance…

 

Les situations insolites se multiplient, les images cocasses prolifèrent, les personnages extravagants défilent. La mise en scène se fera à vue. C’est-à-dire que K. va se mettre en scène lui-même, il va adapter sa propre fin, sa propre impuissance. Il est acteur d’un monde qui le rejette mais dont il est incapable de s’extraire…

 

© Richard Strappazon

Année de création : 2001

Théâtre
  • Théâtre forain
Contacts
1 rue des beaux tailleurs
38000 Grenoble
+33(0)4 76 00 91 52
Téléchargements
Mentions obligatoires et partenaires

DRAC Rhône-Alpes; Région Rhône-Alpes; Départements de l'Isère et de Haute Savoie; La Metro; les villes de Cran-Gevrier, Grenoble, Voiron; l'Institut Français; l'ADAMI; la SCAD; la Caisse des dépôts, la Fondation de France, l'Acsé, la MCAE, la CRESS

La Nacre