Les compagnies

KHAM cie

Directeur artistique :
Olé KHAMCHANLA

Après avoir été danseur et chorégraphe de la compagnie A’CORPS pendant treize ans, Olé Khamchanla crée sa propre

compagnie, KHAM cie à Allan (26) en 2011.

KHAM se réfère symboliquement à son premier solo qui s’intitulait « Kham… », crée en Thaïlande, au Laos et en France en 2007. Cette pièce était déjà le début d’une exploration originelle qui lui fit découvrir les danses folkloriques de son pays natal, le Laos.

Attaché aux échanges entre les artistes français et d'Asie du Sud-Est, Olé crée le premier festival international de danse au Laos FANG MAE KHONG en 2010.

La compagnie KHAM se développe ainsi à travers des formation chorégraphique, des actions culturelles et des créations chorégraphique mèlant danse hip-hop, contemporaine, traditionnelle et buto, entre la France et l'Asie.

Danseur, et co-chorégraphe de la compagnie A’CORPS de 1997 à 2011, il crée sa propre compagnie, KHAM, en 2011.

Originaire du Laos, il découvre la danse hip-hop en 1990 et se forme avec différents danseurs et chorégraphes français de danse hip-hop, à la capoeïra, et à la danse contemporaine. Il s’ouvre également au Butô. Petit à petit, il trouve son style, une manière de danser qui lui est propre et qui lui permet de s’affirmer sur la scène de la danse.

Au sein de la compagnie A'CORPS, il co-signe plusieurs spectacles qui posent sa marque créative et lui permettent d’affirmer son statut de chorégraphe, notamment par son premier trio « Nous sommes tous… », crée en 2003.

En 2006, il part au Laos et en Thaïlande, pour y apprendre les danses traditionnelles et créer son premier solo, « Kham… », un retour aux sources qui lui offre l’opportunité d’approfondir et d’affiner son langage chorégraphique.

Depuis, il continue d’enrichir son vocabulaire de la danse entre l'Asie et l'Europe. Une richesse qu'il exploite dans sa pièce « Fang Lao » (Ecoute-le), interprétée par des artistes laotiens, thaïlandais et français, en 2010.

En janvier 2010, dans la continuité logique de ses actions menées en Asie, il crée le premier festival international de danse au Laos, FANG MAE KHONG / FMK (Ecoute le Mékong), qui a pour but de promouvoir et faciliter la circulation et l'échange entre les artistes internationaux, tout en soutenant les jeunes artistes en devenir.

Spectacles

FOCUS

Ce trio est la première pièce chorégraphique de la toute nouvelle compagnie KHAM.

Pour répondre à la thématique de l’édition 2012 du festival « Les Hivernales » d’Avignon, Emmanuel Sérafini (directeur du festival) propose à Olé de présenter une pièce avec des artistes Asiatiques.

En mai/juin 2011, Olé rencontre Sze-Wei Chan et Jian Hao Leong, des artistes de qualité avec un baguage d’expression corporel très vaste, emprunté au multiculturalisme singapourien, où se croisent notamment les danses ethniques des pays de Chine, de l’Inde, d’Indonésie, et de Malaisie.

 

"Focus"; Un moment précis, plus soignée que les autres. Focus sur une partie spécifique du corps, afin de comprendre le mouvement dans l'ensemble. Le moment où la technique est la base de la danse, la naissance d'une danse sans identité.

 

Avec ce nouveau trio, Olé Khamchanla fait émerger la mémoire des corps, et se focalise sur le détail technique qui donne une identité à la danse, puisant dans les parcours éclectiques de ses danseurs venus de Singapour. De cette confrontation émanent des esthétiques singulières, riches des différences et d’influences : hip hop, butô, danses chinoises, indiennes, traditionnelles et contemporaines…

 

©Esplanade Studio Theater

AKALIKA 7

Pour son solo AKALIKA 1, Olé Khamchanla a été inspiré par l'une des premières œuvres de l'artiste plasticien et peintre Gilbert Cam, alias AKALIKA, faite en 1998 à Maastricht, en Hollande.

 

Les peintures sont des aquarelles sur papier, intégrant des couleurs végétales et de l’encre de chine. Les travaux montrent des silhouettes humaines sombres, dépouillées d'expression et parfois amputées.

 

Pour AKALIKA 7, le chorégraphe appliquera les expériences et le processus chorégraphiques de la création du solo AKALIKA 1 à 7 danseurs, 7 organismes, 7 personnages et 7 énergies différentes.

 

Dans ce travail, le chorégraphe interroge la psychologie humaine et sa capacité de vivre avec ses peurs. Une perpétuelle lutte physique et mentale contre ses propres démons pour trouver un équilibre nécessaire pour la sérénité.

Dans cette expérimentation, les danseurs trouveront leurs réflexions dans leurs miroirs "énergétiques" et les oeuvres du peintre AKALIKA projetées sur des rouleaux verticaux.

 

©Jessica Farinet

Année de création : 2011

Danse
  • Danse contemporaine
  • Danse/théâtre
  • Hip-hop
Contacts
Les Ferreints
26780 ALLAN
+33(0)622993401
Web
Facebook
Chaîne vidéo
Mentions obligatoires et partenaires

Pour ses projets, la compagnie KHAM reçoit le soutien de la DRAC et du Conseil Régional de Rhône-Alpes, et du conseil général de la Drôme.

La Nacre