Les compagnies

Gros Plaisir Group'

Directeur artistique :
Isabelle Garcin

Gros Plaisir Group' est une compagnie clown, danse, jeu en espace public hybride dont les propositions portent le travail d'Isabelle Garcin. Son approche du clown est basée sur l’énergie physique, le clown comme philosophie de jeu plutôt qu’une forme ou un personnage, l'exploration et l'expérimentation. Soit un théâtre d'amplitude, de plaisir, de risque et d'aventure : que ce soit à l'intérieur du corps, en haut d'une falaise norvégienne, sur une scène ou sur un bateau...

Autodidacte, elle se forme au clown et techniques scéniques auprès de Michel Dallaire avant de rencontrer Ludor Citrik, Alexandre Del Perugia et Eric Blouet en 2009, qui marquent un tournant dans son travail. Elle explore alors les facettes du jeu d'acteur à travers des voyages de création, des improvisations en rue et salle et la création de formes courtes pendant 5 ans, avec le collectif indiscipliné de la FAAAC (WIPAM pologne 2009, Armada 2013, A la dérive 2014). C'est dans ces détours que surgit le clown "Belgori", avec lequel elle ne cessera de commettre des performances improvisées tout terrain. Elle s'immerge dans la pratique de la danse buto avec Richard Cayre et Sumako Koseki et enrichi sa palette avec une multitude innommable de stages en tout genre, de la cascade burlesque à la pneumaphonie, du chant lyrique au BMC. Elle crée Gros Plaisir Group' en 2013 où elle collabore avec Julien Pinaud (Cie du Slip), Eric Trémolières (A l'Improviste), Stéphane Léchit (La Ligne de Désir) sur plusieurs créations.

Actuellement, elle travaille sur la création d'un solo mélangeant les genres, "J'ai des pieds en permanence ou l'atrophie du panard", qui part de la condition physique au bureau, interviens toujours avec "Belgori", joue comme interprète dans un film sous-marin, monte une tournée d'art activisme en Grèce en 2017, enquête sur l'anatomie du plaisir, donne des stages

Spectacles

J'ai des pieds en permanence ou l'atrophie du panard

Au bureau, un corps immobile. En apparence. Un corps nié-inhabité-inexistant ; tout semble se passer là-haut. Pourtant il y a des mouvements comme autant de signes, d'amorces : une caresse sur la cuisse, un tapotement d'impatience, des jambes qui se croisent.

Un clown baignant dans le monde par tous les orifices de ses sens s'empare de la situation, s'extirpe de la non-sensation pour prendre les manettes d'un corps jubilatoire qui attends, mis en veilleuse. Explorant ici une force de dévoration, là bas une sensualité grondante, masse d'eau louvoyante...C'est la planète intérieure d'une joueuse insatiable, d'une déconneuse gourmande.

Offrant au spectateur un voyage sensoriel par procuration, une comédienne-clown- danseuse part à la recherche de sensations depuis un quotidien en position assise. Voici un voyage en quête des vastes potentialités de notre être, questionnant l’intelligence du corps, le plaisir.

Une aventure sensorielle et touchante ; un moment drôle, intense, questionnant et absurde, où le public est invité à voyager à travers des images poétiques simples et irrésolues.

Belgolri

Belgori, clown qui officie depuis 7 ans à travers partout. Ouvre des boites à contraire, ne fiche rien, rie, s'émeut, s'en va. Reviens toujours.

Au bord du gouffre-falaises goûte au malaise, sous l'eau dans la bleue, entre deux radeaux, parking, partout, elle joue.

Qui traditionnelle, qui transgressive, qui jubilatoire. Polymorphe, elle change d'état, de facettes, de façade coule toujours changeante - impermanente.

 

Je prépare, pour chaque représentation, une trame pour le clown écrite sur-mesure pour l’instant donné. Avec ce qu’il y a à me mettre sous la dent : tout le plaisir à extraire ici (un lieu), maintenant (un instant), avec toi (un public). Belgolri joue dans un spectacle réécrit à chaque intervention pour le lieu où il est joué, pensé pour le public devant lequel il apparait. Grange, salle de 5000 places, repas de famille, café-concert, anniversaire, maison de retraite, trou à rat, lit à baldaquin. C’est l’art de se préparer pour pouvoir arriver les mains vides, pleines de tout ce qui est déjà là. L’immensité. Fort comme une bombe à retardement, case-gueule comme un équilibriste sans filet.

Année de création : 2009

Arts de la rue
  • Théâtre de rue
Contacts
38 rue raspail
69150 Décines
+33(0)685640172
Téléchargements
Mentions obligatoires et partenaires

Prodij' Lyon, La Vache qui Rue

La Nacre