Les compagnies

Compagnie Marche au Vol

Directeur artistique :
collectif d'artistes

Une démarche collective et polymorphe…

Créée en 1998, la Cie Marche au Vol réunit une équipe pluridisciplinaire d’artistes qui se sont engagés, sur le long terme, dans un travail commun de créations théâtrales à la confluence des pratiques de chacun.

Convaincue que cette pluralité fait sa force et son originalité, l’équipe est attentive à ce que chaque branche artistique existe pleinement, dans un juste équilibre, où chacune vient renforcer les autres.

C’est pourquoi, dans les spectacles de la Cie Marche au Vol, le jeu des comédiens, la musique, les images sont une croisée de regards au service du texte, où la sensibilité de chacun s’adresse au public en créant un univers riche, parce que multiple, et délicat, parce que construit dans l’entente commune.

La Cie Marche au Vol défend un théâtre épuré. La musique, la lumière et la vidéo s’accordent pour y créer un monde immatériel et onirique qui vient contraster avec le concret, la chair et le réalisme du jeu des acteurs.

Ces scénographies irréelles, parfois abstraites, créées par un espace dépouillé et des images projetées, mettent en œuvre un univers oscillant entre rêve et réalité. C’est dans ce lieu intermédiaire - celui du demi sommeil où la réalité perd la netteté de ses contours, celui où le rêve revêt des airs de vérité - que notre théâtre trouve sa forme, que le texte prend toute sa place et que les mots résonnent.

Davyd Chaumard :

Titulaire d'un diplôme d'ingénieur en génie civil et urbanisme acquis à l'INSA de Lyon en 1996, il ne travaillera pas comme ingénieur et se lance comme comédien et metteur en scène en créant la Cie Marche au Vol. Mettant en pratique sa formation théâtrale acquise auprès de Michel VÉRICEL et Sarkis TCHEUMLEKDJIAN, il travaille également pour la Cie Premier Acte (Macondo, Erendira).

 

Serge Pillot :

Formé au Conservatoire de Lyon, il est comédien pour de nombreuses compagnies lyonnaises reconnues (Nième Compagnie, Cie Premier Acte, Cie de l’Iris, Blöffique Théâtre). Séduit par le projet et l’écriture de Nuit Trouble, il travaille sur la mise en scène et la direction de comédiens.

Spectacles

C'est la Guerre

UN CHOIX LITTÉRAiRE...

Nous aurions pu nous attaquer à l’une de ses pièces baroques ou intimes, mais la qualité d’écriture, son originalité, et le sujet même de « C’est La Guerre », ont emporté l’adhésion et suscité l’enthousiasme de chacun.

 

« C’est la guerre, celle de 39-45, vue par un enfant, Louis Calaferte. Il a onze ans, il raconte. »

 

Cette sombre période vue et racontée à hauteur d’enfant est un chef d’œuvre d’inventions et un témoignage hors du commun. Son style enfantin, à la syntaxe parfois hasardeuse, fruit d’un travail d’écriture minutieux, fait mouche à chaque ligne ; il apporte fantaisie et originalité à des événements graves et tragiques. Le lecteur est captivé par la capacité de Calaferte à réincarner, par le verbe et par bribes, l’enfance avec ses naïvetés touchantes et ses cruautés. L’instant vécu surgit dans des fragments vifs aux accents drolatiques qui caractérisent le style sarcastique de Calaferte dans nombre de ses pièces. L’humour comme le tragique surviennent sans crier gare.

©marcheauvol

La Ménagerie de Verre

La Ménagerie de Verre, certes moins connue du grand public français que d'autres pièces portées à l'écran, est emblématique de l’œuvre de Tennessee Williams à plus d'un titre :

 

Ses thématiques familiale et psychologique l'inscrivent dans une tradition dramatique dont l'exploration offre un terrain de jeu inépuisable. Huis clos, mensonge, relations orageuses, tensions permanentes en font une pièce intense par son suspens, son tragique, et parfois sa drôlerie.

 

La charge poétique du récit offre également un intérêt particulier pour son traitement scénique. Le prisme de la mémoire, comme postulat de départ, permet une grande liberté scénographique : la machine à remonter le temps, enclenchée par Tom, arrondit les angles ou les aiguisent, métamorphose les couleurs et les formes. Elle contribue à cette ambiance poétique en évitant un réalisme cru.

 

Enfin l'actualité de cette pièce ne se dément pas : les années sombres qui ont secoué le monde après la grande dépression de 1929 sont la toile de fond sociale de ce drame. On voit le quotidien de petites gens qui ont émigré dans une cité industrielle, les enfants devenus adultes habitent encore dans l’appartement trop petit de leur mère; leurs études ne sont pas brillantes ni qualifiantes ; les revenus sont faibles...

 

Tout cela entre en résonance avec notre monde contemporain...

©marcheauvol

Année de création : 1998

Théâtre
  • Théâtre contemporain
  • Théâtre, Vidéo et Musique
Contacts
23 rue Pouteau
69001 Lyon
06 64 30 91 65
Mentions obligatoires et partenaires

la compagnie Marche au Vol adhère au SYndicat National des Arts Vivants.

La Nacre