Les compagnies

Compagnie 158

Directeur artistique :
Hélène Petit

Créée en 2003, la Compagnie 158 développe une offre artistique professionnelle et une action de médiation / formation pour donner accès à tous à la danse.

 

Parmi les différentes créations de la Compagnie 158, deux thématiques sont particulièrement mises en avant dans nos créations tout public et jeune public :

- la construction personnelle, qu’elle se fasse par l’expression corporelle, par l’éveil des cinq sens ou par l’apprentissage à faire soi-même. La Compagnie 158 crée des univers où les personnages évoluent à travers une danse qui ressemble à un voyage initiatique dans un monde qu’il (re)découvre.

- la recherche esthétique du lien entre danse et lumière, pour venir révéler que les choses ne sont pas toujours telles qu’elles paraissent... Voyage entre réel et irréel, entre quotidien et imaginaire jusqu'à ce que la lumière devienne humaine.

 

Par ailleurs, la Compagnie 158 intervient dans des écoles, des associations d’amateurs, des lieux de vie, tout endroit où l’expression personnelle par le corps et le mouvement sont à développer. La danse devient alors un vecteur pour la rencontre de soi et la rencontre de l'autre, elle sert de prétexte à la création de liens entre l'individu et le monde / le monde et l'individu.

Diplômée de l’ESAAT (École Supérieure d’Arts Appliqués et Textiles) de Roubaix, Hélène Petit pratique en parallèle la danse au Ballet du Nord où elle rencontre Danilo Luna, Thomas Lebrun, Nadège McClay ou encore Sylvie Guillermin. C’est grâce à sa sensibilité pour l’art autant que pour la danse qu’Hélène sait appréhender le spectacle dans sa globalité pour créer à chaque fois une ambiance, une atmosphère particulière.

Lorsqu’elle arrive en Rhône-Alpes en 2001, elle commence à travailler avec Wama Danse Compagnie puis intègre la Compagnie de l’Aube naissante. Parallèlement, elle collabore avec Julie Serpinet sur le projet "Kinesthésic" de la Compagnie Songes où elle crée des spectacles avec des groupes de jeunes sourds, aveugles ou polyhandicapés. Elle découvre à ce moment là la composition instantanée et l’improvisation, qui deviennent sa signature. En 2004, 2006 et 2008, elle est assistante chorégraphe de la Compagnie Songes pour le défilé de la Biennale de danse de Lyon.

Elle crée la Compagnie 158 en 2003 pour développer un travail personnel plus intime, qu’elle décrit comme « un désir profond de toucher le spectateur, d'aller le chercher là où il est sensible et naïf comme un Petit Prince, de l'atteindre secrètement dans ce qu'il a de beau et de lui donner à voir son propre monde imaginaire en lui ouvrant le mien ».

De son univers tendre et poétique, naissent quatre spectacles : "Murmures" et sa version jeune public "Sens Uniques", "Lumen" et "Dans mon Potager".

Spectacles

Dans mon Potager

Les saisons défilent, et les fruits et les légumes que nous consommons suivent ce cycle perpétuel. Le rythme de la nature devrait dicter le rythme à notre corps, à nos vies. Pourtant aujourd’hui, tout est disponible n’importe quand, prêt à l’emploi : des fraises en hiver, des clémentines épluchées, de la soupe en boîte.

Dans mon Potager n’est ni une critique, ni un spectacle éducatif. Il apporter un peu de magie et de poésie dans ce qu’il y a de plus quotidien : se nourrir. C’est une ode au bon goût et au plaisir d’éveiller ses papilles pour donner aux enfants une image plus drôle et plaisante des fruits et des légumes.

Lorsque Zoé découvre le potager de son grand-père, elle s'amuse à expérimenter la vie dans le jardin. Il devient un espace d'échange avec les anciens, un peu hors du temps, où la liberté vient en apprenant à labourer, bêcher, semer, arroser, récolter. Cultiver son jardin et se cultiver soi-même permettront à Zoé de s'épanouir.

Et puis, au-delà du potager, c’est un souvenir qui est partagé avec les enfants, celui de la cuisine de notre grand-mère, de l’odeur de la ratatouille, des petits plats préparés avec soin et amour. C’est un instant qui nous revient avec joie et nostalgie, brossé comme un tableau.

Photo: Sylvain Faisan

Création 2017

Deux personnages dans un même espace sont deux atomes flottants dans l'univers, à la fois uniques et composants d'une masse. Ils se meuvent sans conscience, instinctivement. Comme des nouveaux-nés qui ne sauraient faire la distinction entre leur propre corps et celui de leur mère, ils sont incapables de se dissocier du monde, ils sont le monde.

Tout au long de la pièce, ils vont découvrir leur propre sensorialité, ce qui fera d'eux des individus à part entière.

Expérimenter, ressentir le temps et l'espace entre soi et l'autre pour ne pas avoir peur, pour comprendre, transmettre et partager. Se rencontrer par le corps et oublier la parole, apprendre à se défaire de l'image et éprouver physiquement les sensations, les émotions, un sentiment de liberté.

Donner à voir sur scène un bout de vie, le hasard d'un instant, c'est se mettre à découvert, s'ouvrir au public et le laisser percevoir et interpréter, se laisser aimer ou mépriser mais toujours avec générosité, légèreté et auto-dérision. La distance et le décalage deviennent dès lors des moyens pour questionner la place du danseur, de l'artiste et de son discours. Il met en scène sa vérité et non pas un propos universel ; c'est un regard personnel et esthétique porté sur un sujet, et finalement un détournement, un mensonge, une illusion qui interroge : que faut-il croire ? Que faut-il prendre au sérieux ?

Et si finalement, tout ça ne parlait que de deux danseurs qui un jour, par hasard, se sont rencontrés...

Année de création : 2003

Danse
  • Danse contemporaine
Contacts
9 rue du Colombier - boîte 11
38160 Saint Marcellin
+33(0)650246709
Mentions obligatoires et partenaires

La Compagnie 158 a été soutenue par le Département de la Drôme, le Département de l'Isère, le CGET, la CAF de l'Isère, la Ville de Valence, la Ville de Saint Marcellin, la FOL 26, la FOL 07, la FOL 38, le Diapason, Vice-Versa

La Nacre